Notre actu

Tout le monde en parle

La tech de l'emploi

Julien Mangeard

Qui est Julien Mangeard le patron de la tech chez vente-privee ?

A 35 ans, Julien Mangeard est le nouveau CTO de vente-privee, ancien patron de la tech du groupe Dalenys, passé par la prestigieuse école numérique Epitech. Son principal enjeu : redonner ses lettres de noblesse tech à l’une des toutes premières licornes françaises.

Le matin quand tu te lèves, c’est quoi ton moteur ?

Je me dis : "J’ai de la chance !". On a toutes les cartes en main pour créer une plateforme internet à l’échelle mondiale. En Asie, vous avez Alibaba. Aux Etats-Unis, il y a Twitter, Facebook et autres LinkedIn. En Europe, il n’y a quasiment aucune plateforme globale et numérique. C’est notre ambition pour vente-privee. Et les fondateurs comme les collaborateurs qui ont travaillé chez vente-privee au cours des douze dernières années ont créé les conditions pour faire émerger un nouveau géant de l’Internet. C’est ça qui est génial : être là au moment où il y a cette prise de conscience et œuvrer pour que ça devienne une réalité.

Pour toi vente-privee est une des premières licornes françaises. Pourtant dans les médias comme dans l’écosystème, la boite n’a pas toujours été identifiée comme telle. Ça te surprend ?

Pas vraiment. Pendant des années, vente-privee a d’abord considéré qu’elle était une entreprise de commerçants avant d’être tech. Et c’est ce qui a fait son succès. Aujourd’hui, l’entreprise prend un virage. La vision change. Dans les dix prochaines années, vente-privee aura avant tout un ADN tech.
C’est d’ailleurs mon job au quotidien de faire en sorte que cela devienne une réalité (sourire). C’est la responsabilité que l’on porte avec mon équipe. Chaque matin quand ils arrivent au bureau, ils doivent se dire : "On ira loin". S’ils n’ont pas cette vision long terme, alors rien n’avancera. Il ne faut pas oublier qu’on est sur un marché, le e-commerce, où la compétition se joue entre les rapides et les lents…

Donc tu construis une équipe de choc pour conquérir un territoire tech européen...

Je ne sais pas si on peut le dire de manière aussi guerrière (sourire). On veut rassembler des talents qui ont une volonté commune : faire quelque chose de grand autour d’un projet moteur qui améliore la vie de plein de gens : vente-privee permet à des millions de membres de découvrir des marques et de consommer différemment chaque jour. Grâce au site non seulement ils y ont accès mais ils vivent une expérience d’achat sympa avec une multitude de services additionnels. C’est hyper motivant d’être à l’origine de ce progrès.

Tu es un vrai geek. La tech s’est imposée à toi comme une évidence ?

Je ne saurai pas dire comment je suis tombé dedans. Les matières scientifiques m’ont toujours intéressé. J’ai commencé à coder vers 13 ans. C’était sur Pentium, les premiers processors d’Intel.
A l’époque, tu installais ton PC mais ça ne fonctionnait jamais. Donc d’une manière ou d’une autre, il fallait bidouiller pour que ça marche. Ce sont probablement ces heures passées les mains dans le cambouis qui ont titillé ma vocation. Très tôt, j’ai su que je bosserai dans la Tech. Au lycée, je programmais déjà et quand j’ai intégré l’Epitech je savais où je mettais les pieds. J’adore coder !